La microfinance est passée de ses débuts modestes il y a 25 ans à un réseau de 120 banques coopératives avec 120 millions d’euros de bilan aujourd’hui. Justin Bomda, PDG des banques coopératives MUFID, donne son avis dans un entretien avec « Weltsichten ». Il montre notamment aussi que les banques coopératives au Cameroun sont financées par l’épargne et non par des prêts internationaux en devises étrangères qui doivent être remboursés avec intérêts. C’est pourquoi elles peuvent offrir à leurs membres des taux d’intérêt modérés, de sorte qu’ils ne risquent pas de tomber dans le piège de l’endettement.

Autor

  • Roger Peltzer

    70 ans, marié, trois enfants et bientôt quatre petits-enfants. J'ai étudié l'économie à l'université de Münster, puis j'ai suivi le cours de troisième cycle de l'Institut allemand de politique de développement (aujourd'hui IDOS).

    Voir toutes les publications
Regards sur le monde : Les banques coopératives au Cameroun

Roger Peltzer


[wpml-string context="pb-bioinfo" name="info-1"]70 Jahre alt, verheiratet, 3 Kinder und bald 4 Enkel. Ich habe an der Universität Münster Volkswirtschaft studiert und anschließend den postgraduierten Kurs am deutschen Institut für Entwicklungspolitik (heute IDOS) absolviert.[/wpml-string]


Post navigation


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plateforme de Gestion des Consentements par Real Cookie Banner