Les puissantes castes politiques déchues utilisent toute l’influence qu’il leur reste pour rendre la passation de pouvoir avec le nouveau président élu Bernardo Arévalo aussi difficile que possible. B. Arévalo décrit cela comme un coup d’État qui se prépare à bas bruit. Il reçoit toutefois un soutien important de la part de la population civile, notamment du mouvement indien maya, ainsi que de l’Organisation des États américains (OEA) et des États-Unis. Cet article décrit les résistances que Bernardo Arévalo doit surmonter et discute de la manière dont l’Allemagne et l’UE peuvent soutenir le processus de démocratisation au Guatemala.

Tout le monde est surpris : Bernardo Arévalo arrive en deuxième position au premier tour de l’élection

Plus les élections approchent dans un pays, plus la tension s’intensifie. Il en a été de même pour les élections présidentielles au Guatemala, dont le premier tour s’est déroulé le 25 juin 2023. Mais lorsque les résultats des élections sont apparus le soir du scrutin, tout le monde s’est frotté les yeux. Personne ne s’attendait à ce que Bernardo Arévalo se hisse à la deuxième place. Dans tous les pronostics électoraux précédents, seuls les noms bien connus, comme Zury Rios, la fille de l’ancien chef d’État de facto Efrain Rios Montt, apparaissaient parmi les premiers nommés. Et parmi les premiers, on attendait également Sandra Torres, ancienne première dame du pays. Elle a obtenu les 21% prévus par les sondages, ce qui la place en première position. Mais c’est le candidat Bernardo Arévalo qui a créé la surprise absolue en obtenant le deuxième plus grand nombre de voix. Il a obtenu 17% des voix et s’est donc qualifié pour le second tour. Bernardo Arévalo s’est présenté sous les couleurs du parti libéral de gauche Movimiento Semilla. Le parti Semilla s’est formé lors des manifestations de masse contre le gouvernement corrompu de l’ex-général Otto Pérez en 2015. Le duo de candidats Bernardo Arévalo et Karin Herrera a pu se concentrer sur le second tour du 20 août.

Après le premier tour, l’oligarchie traditionnellement conservatrice ainsi que ses favoris au Parlement et au gouvernement ont dû réfléchir à la manière dont ils allaient digérer leur perte de pouvoir annoncée. Bernardo Arévalo et le parti Semilla ont axé leur campagne électorale sur la lutte contre la corruption et se sont abstenus d’aborder des questions telles que la propriété privée et les fondements du système juridique. Il ne fait aucun doute qu’ils ont ainsi réussi à toucher la corde sensible de la majorité de l’électorat, lassée de l’innommable corruption et du népotisme du soi-disant pacte des corrompus dirigé par l’actuel président A. Giammattei. Giammattei n’a pas seulement hérité de la corruption de son prédécesseur Jimmy Morales, il l’a surpassée.

L’appareil judiciaire se positionne contre le résultat des élections

Dans ce contexte, il convient de souligner qu’il y a deux ans, les juges* de la Cour constitutionnelle ont été renouvelés. Jusqu’alors, la Cour constitutionnelle avait été une expression claire de l’État de droit libéral. Depuis la nouvelle élection, qui n’a pas fait l’unanimité, il n’y a plus de juges libéraux* à la Cour constitutionnelle. Au moins un des cinq juges les plus hauts placés figure sur la liste Magnitsky des États-Unis (également appelée liste Engel ou liste anti-corruption). Il est également déprimant de constater que l’autre haute cour, la Cour suprême, n’a pas été renouvelée par le Parlement au cours des quatre dernières années, ce qui signifie que les intérêts du favoritisme s’y sont également installés. Pour compléter le canon de la trajectoire inquiétante de l’État de droit sous le gouvernement Giammattei, le président A. Giammattei a reconduit au printemps la procureure générale Consuelo Porras après son premier mandat, nonobstant le fait qu’elle figure également sur la liste Magnitsky aux États-Unis. Avec cette transformation du système judiciaire par le gouvernement et la majorité parlementaire, les principes de l’État de droit, qui sont l’un des fondements d’une démocratie, ont été mis à mal au Guatemala.

Tout au long du processus électoral, les plus hauts juges* et le procureur général ont joué un rôle constamment guidé par l’intérêt en faveur des positions populistes de droite. Il ne fait aucun doute que le ministère public et la Cour suprême agissent avec l’appui politique du Pacte des corrompus. Le large silence du président A. Giammattei sur les agissements de ces cercles peut être considéré comme un encouragement pour la triple alliance formée par la procureure générale, son collègue procureur et le juge Fredy Orellana.

Cependant, ni le pacte des corrompus ni les plus hauts responsables de l’appareil judiciaire n’ont l’intention de renoncer à l’attrait du pouvoir. Dès la veille du premier tour, le procureur spécial Rafael Curruchiche a annoncé au nom du bureau du procureur général qu’une procédure avait été lancée contre le parti Semilla pour lui retirer son statut de parti politique. Des irrégularités auraient été découvertes dans les signatures de la fondation du parti. Cette accusation semble étrange, étant donné que le parti a été autorisé à participer aux élections sans problème par la Cour suprême électorale. Ce n’est pas un secret que l’objectif principal est de rendre la vie du parti Semilla et du président Arévalo aussi difficile que possible.

C’est dans ce type de motivation que l’on peut situer l’intervention du ministère public, qui a saisi des urnes à la Cour suprême des élections avec l’intervention de la police, afin de vérifier l’exactitude du décompte des voix. En d’autres termes, le ministère public va à l’encontre du tribunal électoral suprême et cette action est ratifiée par la Cour suprême. La Cour suprême électorale avait également été menacée de destitution entre-temps. Tous les appels de l’UE, des États-Unis, de la Colombie et du Brésil, ainsi que de l’Organisation des États américains (OEA), n’ont pas vraiment réussi à mettre un terme aux agissements putschistes du Pacte des corrompus. Mais le processus électoral a été très surveillé, notamment par les États-Unis, l’UE et l’OEA, de sorte que les résultats des élections n’ont pas pu être modifiés a posteriori. Il est également important de noter que la Cour suprême électorale a joué un rôle indépendant inattendu vis-à-vis du gouvernement, ce qui est très louable. De plus, le comportement des deux procureurs en chef et de leur soutien judiciaire a entraîné une forte augmentation de la pression de la population civile par le biais de barrages routiers et a déclenché une solidarité avec B. Arévalo.

Le second tour : une victoire écrasante de Bernardo Arévalo

Sandra Torres et Bernardo Arévalo se sont alors affrontés au second tour. La populiste et capricieuse Sandra Torres a fait de nombreuses promesses superficielles, telles que la célébration de la famille composée d’un homme et d’une femme, la construction d’une prison de haute sécurité, la création d’un ministère de la religion et d’un ministère pour la population indienne maya, pensant ainsi obtenir de nombreux votes de la part des évangéliques et des Mayas. Néanmoins, Sandra Torres a toujours été impopulaire auprès d’une grande partie de la population, notamment parce qu’elle a joué le rôle de rassembleur de majorité au cours des deux dernières années pour les propositions du gouvernement au Parlement, y compris pour les budgets respectifs. La plupart des électeurs* n’ont pas non plus apprécié les polémiques dont Bernardo Arévalo les a accablés avant le second tour. Elle a ainsi mis en doute la nationalité d’Arévalo, qui est né en Uruguay. En effet, Bernardo Arévalo est né en exil, fils de Juan José Arévalo, fondateur du Guatemala démocratique refondé en 1944 et ancien président du pays. C’est vers cet exil que son père a dû se tourner après le coup d’État anti-réformiste de 1954. Pendant la campagne électorale, Bernardo Arévalo s’est bien gardé d’attirer l’attention de Sandra Torres sur sa naissance au Belice. L’accent mis sur la valeur de la famille était dirigé contre Arévalo, car il avait récemment assisté au mariage de sa fille lesbienne, assumant ainsi non seulement son rôle de père de famille, mais démontrant également son ouverture aux familles arc-en-ciel.

Au second tour, B. Arévalo a remporté 58% des voix, tandis que Sandra Torres, loin derrière, n’a obtenu que 37% (le reste étant des votes nuls). Cette victoire a été une nouvelle confirmation de la volonté des électeurs* de s’opposer à la corruption dominante, dont Sandra Torres n’est pas injustement considérée comme faisant partie du cercle. Le vote de ces nombreux électeurs* exprime leur colère à l’égard d’un parlement mal aimé et du gouvernement autoritaire actuel.

Blocages de routes par la population civile contre blocages de l’appareil judiciaire

Aujourd’hui, le mécontentement monte dans les rues du Guatemala face à la remise en question du résultat des élections par les cercles de pouvoir autour du gouvernement actuel et de l’appareil judiciaire. Depuis des semaines, les rues sont bloquées et la société civile réclame la démission de Consuelo Porras et de son bras droit, Rafael Curruchiche, ainsi que du juge Fredy Orellana qui les assiste et qui se met au service des deux procureurs*. Il est remarquable que le mouvement de protestation soit mené, parmi d’autres, par la population maya, en particulier les soi-disant 48 cantons de Totonicapan.

Mais le pacte des corrompus reste jusqu’à présent uni : Consuelo Porras refuse de démissionner et la Cour constitutionnelle la soutient par une décision selon laquelle elle ne peut pas être destituée, même par le président.

Bernardo Arévalo montre qu’il a les reins solides face aux pressions du Pacte des corrompus (droite conservatrice). Avec son expérience d’ancien vice-ministre des Affaires étrangères et d’ancien ambassadeur en Espagne, il représente également plus qu’un nouveau venu en politique. Mais il doit d’abord maîtriser la longue période de prise de fonction qui s’étend de fin août à mi-janvier. Il peut clairement s’appuyer sur une grande partie de la société civile, sur la Conférence des évêques catholiques et sur une grande partie du monde des entreprises (à l’exception des grandes associations d’agriculteurs) qui, pour diverses raisons, tiennent à ce que la volonté des citoyens soit respectée lors des élections. Les entrepreneurs l’ont récemment exprimé à nouveau, même s’ils n’apprécient pas les blocages de routes pour des raisons économiques. Face à Bernardo Arévalo et au parti Semilla, il y a le bloc des corrompus de l’exécutif et du judiciaire, qui se maintiendra en place même après la prise de fonction en janvier.

L’épreuve de la démocratie se poursuit même après la prise de fonction

Le président Bernardo Arévalo suscite de nombreux espoirs, même s’ils ne se concrétisent pas tous. S’il parvient, au cours de sa première année de mandat, à remplacer certaines personnes du pacte des corrompus à des postes de haut niveau dans le pouvoir judiciaire et à imposer une nette amélioration de la transparence dans l’administration publique et la politique gouvernementale, il pourra obtenir le soutien de la société civile. Jusqu’à présent, lui et son parti Semilla ainsi que les partis de l’Alliance n’ont pas la majorité avec 59 voix au Parlement sur un total de 160 sièges. Mais il se peut néanmoins que ce pourcentage de voix augmente. Cela dit, dans une démocratie présidentielle, il existe de nombreuses décisions qui peuvent être prises par le biais de décrets présidentiels. Il est encourageant de constater que l’équipe de B. Arévalo, qui négocie actuellement la passation de pouvoir avec des membres du gouvernement, est composée de personnes plutôt jeunes, qui ne sont pas issues de la sphère politique étroite actuelle, proche du gouvernement. De cette équipe, l’une ou l’autre deviendra ministre*. Il ressort des allusions encore prudentes faites jusqu’à présent par Arévalo qu’il entend utiliser les marges de manœuvre pour apporter des améliorations : les progrès dans les programmes sociaux et éducatifs lui tiennent à cœur, tout comme la réforme du fonds foncier dont le fonctionnement est affaibli, le respect des accords de paix et la promotion politique de la population indienne maya. Pour la région d’Amérique centrale où l’autoritarisme s’est installé, Arévalo sera une lueur d’espoir.

Que peuvent et doivent faire l’UE et l’Allemagne ?

Le changement qui se dessine avec un président Arévalo est également important pour nous. En matière de politique étrangère, il est essentiel que le gouvernement Arévalo, qui sera en place en janvier prochain, bénéficie d’un soutien suffisant et visible au niveau allemand et européen, car il est probable que les anciennes structures du pouvoir mettront beaucoup, beaucoup d’obstacles sur le chemin du nouveau président. Dès à présent, le ministère allemand des Affaires étrangères pourrait inviter le président élu Bernardo Arévalo en Allemagne, en signe de respect pour les résultats des élections et de reconnaissance du parti Semilla par la communauté internationale. Comme l’a déjà fait l’administration américaine. Si cela s’avère difficile en termes de temps, il serait préférable de les inviter rapidement après l’investiture. Pour l’investiture, une présence suffisamment visible du ministère des Affaires étrangères, au-delà de la présence de l’ambassade d’Allemagne, est recommandée. Au niveau de l’Allemagne et de l’UE, il faudrait enfin imposer des sanctions aux personnes présentes au Guatemala (restrictions de visas d’entrée, gel des avoirs bancaires de ces personnes à l’étranger), comme c’est le cas pour le Nicaragua ou la Russie. Étant donné que la procureure C. Porras et son collègue R. Curruchiche sont exposés à ces sanctions aux États-Unis, ils pourraient être envisagés à cet effet. Le parti Semilla et le futur gouvernement peuvent être accompagnés de manière plus intensive par le biais de conseils politiques et de programmes de promotion de l’État de droit, de manière bilatérale ou en collaboration avec la Cour des droits de l’homme de l’OEA (CIDH). Le ministère allemand de la Coopération au développement (BMZ) peut user de son influence pour, d’une part, soutenir les organisations de la société civile allemande dans leurs projets au Guatemala en collaboration avec le futur gouvernement local et, d’autre part, soutenir, dans le cadre de la coopération européenne au développement, des programmes visant à combler les lacunes dans le domaine de la planification économique, des programmes sociaux et éducatifs et de la promotion des populations indigènes.

Autor

  • Albrecht Schwarzkopf

    Albrecht Schwarzkopf, né en 1954, baccalauréat en 1974, diplômé en économie en 1981, chargé de cours en 1982. 1983-84 bourse à l'Institut INIAP pour l'administration publique à Mexico, 1985 travail en tant que chercheur à la faculté des sciences économiques de Münster, 1986 à 2020, avec des interruptions, travail à l'Initiative chrétienne Romero e.V., dans différentes fonctions. (CIR) dans différentes fonctions, notamment en tant que responsable de projets de développement en Amérique centrale et en particulier au Guatemala, de questions relatives aux droits de l'homme et de finances, en 1995, engagement auprès de la mission des Nations unies pour la surveillance du processus de paix au Guatemala, MINUGUA, en 1998, travail au Guatemala auprès de la Commission de vérité et d'histoire (CEH) dirigée par l'ONU et issue des accords de paix. De 2006 à 2015, en tant que représentant d'ONG, membre fondateur et membre du conseil d'administration de l'association 4C (Common-Code-for-the-Coffee-Community-Verhaltencode), pour l'élaboration et le respect du code du café pour la durabilité des cultivateurs* de café et des grands torréfacteurs européens.

    Voir toutes les publications
Guatemala : le président nouvellement élu Bernardo Arévalo en lutte pour la démocratie et l'État de droit

Albrecht Schwarzkopf


[wpml-string context="pb-bioinfo" name="info-6"]Albrecht Schwarzkopf, geb. 1954, Abitur 1974, Examen Diplomvolkswirt 1981, 1982 Lehrauträge. 1983-84 Stipendiat bei dem INIAP-Institut für Öffentliche Verwaltung in Mexiko-Stadt, 1985 Arbeit als wissenschaftliche Kraft am Fachbereich für Wirtschaftswissenschaften in Münster, 1986 bis 2020 mit Unterbrechungen Beschäftigung bei der 'Christliche Initiative Romero e.V. (CIR) in verschiedenen Funktionen, so als Verantwortlicher für Entwicklungsprojekte in Mittelamerika und insbesondere Guatemala, Menschenrechtsfragen und auch Finanzen, 1995 Anstellung bei der UN-Mission zur Überwachung des Friedensprozesses in Guatemala, MINUGUA, 1998 Arbeit in Guatemala bei der UN geleiteten, aus den Friedensverträgen hervorgegangenen Wahrheitskommission (Comisión de Esclarecimiento Histórico, CEH. Ab 2006 bis 2015 als NGO-Vertreter Gründungsmitglied und im geschäftsführenden Vorstand der 4C-Association (Common-Code-for-the-Coffee-Community-Verhaltenskodex), zur Erarbeitung und Einhaltung des Kaffeekodex für Nachhaltigkeit von Kaffeebäuer*innen und den großen europäischen Röstereien.[/wpml-string]


Post navigation


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plateforme de Gestion des Consentements par Real Cookie Banner