La démocratie triomphe au Sénégal. Qu’est-ce que cela signifie pour l’Allemagne et l’Europe ? Roger Peltzer analyse les résultats des élections et formule des recommandations pour la politique étrangère et de développement allemande.

Le 24 mars 2024, un nouveau président a été élu au Sénégal. Victoire de Bassirou Diomaye Faye
en tant que vainqueur surprise au premier tour, avec la majorité absolue. Bassirou Diomaye Faye s’est porté candidat en tant que suppléant d’Ousmane Sonko, qui est particulièrement apprécié par les jeunes.
politique d’opposition extrêmement populaire, mais qui, en raison de diverses affaires pénales, n’a pas été autorisé à se présenter.
Il n’a pas été autorisé à se présenter à la présidence à la suite d’une enquête. Bassirou Diomaye Faye, qui a travaillé avec
Ousmane Sonko depuis de nombreuses années et qui est un ami proche, a nommé son
ami au poste de Premier ministre immédiatement après l’élection présidentielle, de sorte que les deux
détermineront le destin du Sénégal au cours des cinq prochaines années.


Cette décision a été précédée d’un bras de fer de plusieurs mois sur la date de l’élection présidentielle. Celle-ci aurait dû avoir lieu normalement le 23 février 2024. Le président sortant Macky Sall, en accord avec la majorité du Parlement sénégalais, a tenté de reporter l’élection à la fin de l’année 2024. Cette décision a sans doute été motivée par le fait qu’il était prévisible que le candidat préféré de Macky Sall pour lui succéder ne bénéficierait pas d’un soutien suffisant au sein de l’opinion publique sénégalaise. Ce report prévu a entraîné au Sénégal
grandes actions de protestation et aussi à l’étranger à des questions critiques.


Le 15.2. mais le Conseil constitutionnel sénégalais (l’équivalent de la Cour constitutionnelle) a décidé
Cour constitutionnelle fédérale), que les élections présidentielles doivent avoir lieu immédiatement.
ce qui a été fait le 24 mars 2004. Ainsi, et avec le choix démocratique dont
Le résultat a été immédiatement accepté par les perdants.
spéculations selon lesquelles le Sénégal pourrait suivre une voie similaire à celle de l’Afrique du Sud.
pays voisins, le Burkina Faso, le Mali et le Niger, où des militaires se sont emparés du pouvoir.
Comme dans un certain nombre d’autres pays africains (Côte d’Ivoire, Ghana, Kenya), il est possible d’obtenir des résultats positifs en matière de santé.
la démocratie sénégalaise s’appuie sur des institutions qui se sont développées au fil des ans et qui ont été
de gérer les crises et qui jouissent d’une bonne réputation auprès de la population.
profiter. Et une société civile active et vigilante fait le reste.


Comment gérer le nouveau gouvernement au Sénégal ?

Que faut-il penser des nouveaux dirigeants politiques du Sénégal ? Personnellement, je dois
dire que je n’ai pas été très impressionné par les actions d’Ousmane Sonko dans le passé.
était convaincu. Son discours ressemblait beaucoup à ce que nous connaissons ici, en Allemagne, de la
AFD ou encore de l’alliance Sarah Wagenknecht : Une critique en bloc du gouvernement
avec une tendance à désigner « ceux d’en haut » comme des criminels qui trompent le peuple et
agiraient en fait comme des dictateurs. Ce n’est pas vrai pour l’Allemagne ni pour le Sénégal, où des élections démocratiques viennent d’avoir lieu. En outre, Ousmane Sonko a au moins toléré les débordements parfois violents des manifestations qu’il a déclenchées.

Mais au final, il faut dire que la très grande majorité des jeunes en
Sénégal – et il y en a beaucoup, notamment parce que le taux de natalité est l’un des plus élevés au monde.
du monde – veut un changement. Aujourd’hui, ils sont tous scolarisés, beaucoup ont un
Ils sont diplômés de l’université et naviguent sur Internet comme leurs homologues occidentaux.
et dans les médias sociaux. Mais contrairement à ces derniers, la plupart des jeunes
Sénégalais n’ont aucune perspective professionnelle, mais doivent se contenter d’être des petits commerçants ou des
Taxi-motard se débrouiller dans la vie. Et ces jeunes gens ont, de manière compréhensible
une grande colère contre les anciennes élites politiques et aussi contre l’Occident et l’ancienne
puissance coloniale, la France, qui sont (prétendument) responsables de leur situation.


Or, Bassirou Faye et Ousmane Sonko ne sont pas des militaires (une grande différence avec les
chefs d’État dans les pays voisins). Ils sont arrivés au pouvoir par des élections démocratiques
et tous deux sont des conseillers fiscaux qualifiés et bien formés. Vous avez donc
l’occasion de prouver maintenant qu’ils peuvent faire une différence et redonner aux jeunes
donner de l’espoir.


Ne pas se contenter de proclamer un partenariat d’égal à égal, mais le mettre en pratique


Il y a des choses qu’ils ne mangeront pas aussi chaudes qu’ils l’ont « cuisiné » pendant la campagne électorale. Ainsi
ont déjà dit, immédiatement après l’élection, qu’ils souhaitaient quitter la
zone monétaire commune avec l’Europe – la monnaie ouest-africaine, le FCFA, est fermement ancrée à l’euro.
l’euro et librement convertible- ne seraient pas aussi sérieux que ceux qui ont été
annoncés avant les élections. Et c’est logique, car contrairement à la zone FCFA
de nombreux préjugés, également répandus en Allemagne – pour les pays concernés.
est un avantage. Il permet à l’Afrique de l’Ouest d’atteindre un niveau d’intégration économique sans précédent.
n’existe pas ailleurs en Afrique. Et les critères de stabilité de la zone conduisent notamment à cela,
que les pays FCFA sont largement épargnés par le phénomène du surendettement.


Mais pour le reste, l’Occident est prêt à négocier une approche plus dure.
doivent s’ajuster. Les côtes sénégalaises servent de refuge à de nombreux réfugiés d’Afrique de l’Ouest.
via les Canaries comme tremplin vers l’Europe. L’Union européenne et l’Espagne ont
Dans le passé, la Commission européenne a tenté, en partie avec succès, d’inciter le Sénégal à fermer ces routes de migration. Le Sénégal s’engagera dans ce type d’accords sous la nouvelle présidence.
Le leadership, s’il y en a un, ne s’engagera que si l’UE offre beaucoup plus : Avec
quelques centaines de bourses d’études pour des étudiants sénégalais, ils ne se
de l’entreprise. L’UE va donc créer des possibilités de migration légale pour des milliers, voire des milliers de personnes.
n’ont pas à offrir des dizaines de milliers de jeunes Sénégalais. Cela pourrait d’ailleurs être le cas pour
Europe, la formation de base de la grande majorité des jeunes est
Sénégalais tout à fait bien. Et chez nous et dans toute l’Europe, il y a un besoin urgent
Recherche de main-d’œuvre. Par ailleurs, comme les jeunes Sénégalais vont généralement en Europe et
Si les pays en développement ne veulent pas aller en Chine, l’UE dispose d’un véritable atout pour négocier.


Et l’Allemagne et l’UE vont enfin établir un « partenariat d’égal à égal » non seulement
mais aussi les pratiquer concrètement. Jusqu’à présent, la coopération au développement a certes donné lieu à un dialogue politique formel « sur un pied d’égalité », mais en réalité, les pays partenaires doivent accepter les priorités fixées par le BMZ. Aucune exception n’est possible. Et si une proposition de projet concret en matière de politique climatique ne tient pas compte des directives sophistiquées de la coopération allemande en matière de genre, elle passe à la trappe, tout comme un investisseur qui a un lien de parenté avec un membre du gouvernement du pays partenaire,
n’a pratiquement aucune chance d’obtenir un financement d’une banque de développement de l’UE.
Ces contraintes et d’autres encore poussent nos partenaires africains à s’impliquer davantage dans la recherche et le développement.
d’autres alternatives, qui sont nombreuses. Autant d’autorisation tous
de la politique et de la réglementation allemandes.
L’administration du développement doit apprendre à gérer ces objectifs avec discernement et
flexibilité à gérer au cas par cas. Ce n’est qu’ainsi que nous pourrons également être en mesure de fournir des services à la nouvelle société sénégalaise.
gouvernement peuvent rester des partenaires crédibles et importants.


Photo de couverture : Pêcheurs sur une pirogue à l’île de Gorée, Sénégal ; photo de The Wandering Angel

Autor

  • Roger Peltzer

    70 ans, marié, trois enfants et bientôt quatre petits-enfants. J'ai étudié l'économie à l'université de Münster, puis j'ai suivi le cours de troisième cycle de l'Institut allemand de politique de développement (aujourd'hui IDOS).

    Voir toutes les publications
La démocratie triomphe au Sénégal : qu'est-ce que cela signifie pour l'Allemagne et l'UE ?

Roger Peltzer


[wpml-string context="pb-bioinfo" name="info-1"]70 Jahre alt, verheiratet, 3 Kinder und bald 4 Enkel. Ich habe an der Universität Münster Volkswirtschaft studiert und anschließend den postgraduierten Kurs am deutschen Institut für Entwicklungspolitik (heute IDOS) absolviert.[/wpml-string]


Post navigation


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plateforme de Gestion des Consentements par Real Cookie Banner