Protests against Finance Bill 2024 in Kenya

Des dizaines de milliers de jeunes ont manifesté avec succès dans tout le Kenya contre les hausses de taxes sur les biens de consommation et les services Internet. Roger Peltzer analyse comment ce mouvement s’inscrit dans le contexte des luttes actuelles pour la démocratie en Afrique.

Fin juin, des dizaines, voire des centaines de milliers de jeunes descendent dans les rues de Nairobi et d’autres grandes villes du Kenya pour protester contre les hausses de taxes prévues sur les produits de consommation courante et les services Internet. Le mouvement est quasiment parti de rien et ne se rattache à aucune structure ou organisation politique existante. Les adolescents et les jeunes adultes s’organisent exclusivement via les médias sociaux, mais bénéficient d’une grande sympathie dans la presse libre établie.

Après avoir tenté en vain d’enrayer le mouvement par la fermeté et le ralentissement des connexions Internet, le gouvernement du président Ruto cède rapidement, le mouvement se propageant rapidement et bénéficiant d’un soutien public important, et annule les hausses d’impôts.

Dans quelle mesure le soulèvement des jeunes au Kenya est-il comparable à des mouvements similaires au Sénégal ou encore au soutien apporté par de nombreux jeunes et jeunes diplômés aux putschistes militaires au Sahel ?

L’élément qui les relie est certainement le fait que, dans tous les pays mentionnés, des millions de jeunes gens bien formés et de diplômés universitaires affluent sur le marché du travail, où ils ne trouvent pas, pour la plupart, d’emplois adéquats. Certes, le taux de fécondité du Kenya (3,34 enfants par femme) est aujourd’hui deux fois moins élevé que celui du Niger – ce qui reflète aussi le fait que le pays se trouve à un niveau de développement nettement plus élevé – mais ce sont bien sûr les jeunes nés il y a 20 ans avec des taux de fécondité bien plus élevés qui arrivent aujourd’hui sur le marché du travail. Et bien que le Kenya ait une croissance économique plutôt correcte par rapport à l’Afrique et la scène de start-up la plus dynamique de tout le continent, cela est loin d’être suffisant pour créer suffisamment d’emplois qualifiés.

Or, contrairement aux dictatures militaires du Sahel, le Kenya est une démocratie plutôt bien établie, avec un système judiciaire indépendant et une presse libre et très critique. Néanmoins, les élites (Ruto, Odinga, Kenyatta), qui s’affrontent parfois sur le plan politique, mais qui coopèrent ensuite dans des configurations changeantes et sont fortement marquées par des calculs ethniques, sont tellement liées entre elles qu’une grande partie de la jeunesse intéressée par la politique se sent exclue du système politique. De plus, tous les dirigeants politiques sont devenus riches grâce à leurs activités politiques ou à celles de leurs pères (Kenyatta), et la corruption a souvent joué un rôle. Lorsque, après l’élection contestée de Kibaki en 2007, des conflits ethniques de type guerre civile ont éclaté, faisant plusieurs centaines de morts et des dizaines de milliers de déplacés, il est rapidement apparu que ces troubles avaient été attisés par une partie des politiciens (Ruto, Kenyatta) pour des motifs partisans/ethniques. Tous deux ont donc été inculpés par la Cour pénale internationale. Mais le procès a dû être abandonné parce que de nombreux témoins avaient disparu, avaient péri ou s’étaient rétractés sous la pression. La grande richesse des dirigeants politiques, le sentiment que les élites se soutiennent mutuellement malgré les querelles souvent ethniques, l’expérience que les charges de l’ajustement économique doivent toujours être supportées par ceux qui ont déjà peu, tout cela favorise la colère panafricaine d’une jeune génération bien éduquée qui, en outre, connaît bien par Internet les conditions dans d’autres pays. Ce qui est toutefois remarquable et encourageant pour le Kenya, c’est que la protestation des jeunes ne semble plus du tout connaître de clivages et de frontières ethniques. C’est aussi pour cette raison que la protestation des jeunes est perçue par de nombreux Kényans de toutes générations comme un grand signal positif pour l’avenir.

Quel est l’avenir du Kenya ? Le gouvernement est confronté à un dilemme majeur. Ces dernières années, elle a investi massivement dans les infrastructures, par exemple. Grâce à l’aide chinoise, la situation des transports à Nairobi s’est nettement améliorée, la ligne de chemin de fer reliant Nairobi à Mombasa – un projet d’infrastructure essentiel – a été construite et le port en eau profonde de Lamu a été mis en chantier. Même si certains de ces projets sont peut-être un peu surdimensionnés, ils représentent des investissements importants pour l’avenir du pays. Le revers de la médaille est toutefois une augmentation significative de l’endettement du Kenya, notamment vis-à-vis de la Chine. Avec environ 75% du PIB, le niveau d’endettement du Kenya n’est certes pas encore très élevé par rapport à certains pays européens. Mais le Kenya a moins de possibilités de se refinancer à bas prix sur le marché international des capitaux et a sans doute des difficultés à faire face à la hausse des taux d’intérêt, notamment sur les crédits chinois. Si le pays veut continuer à investir, il doit résoudre ses problèmes d’endettement. Cela nécessite des efforts personnels, mais aussi une restructuration complète de la dette. Cette fois-ci, les Chinois, qui sont de loin les plus gros créanciers du Kenya, sont les premiers sollicités. Les prêts chinois sont d’ailleurs nettement plus chers que ceux de l’UE. Dans le cas du Kenya, l’Occident n’est donc plus un ennemi, contrairement à ce qui s’est passé au Sahel. C’est aussi pour cette raison que l’on n’a pas vu de drapeaux russes ou chinois lors des manifestations à Nairobi.

Il reste à espérer qu’un grand nombre de ces jeunes engagés trouveront le chemin de la politique kényane et bousculeront les structures et les partis. Ce scénario n’est pas si improbable dans le pays démocratique et libéral qu’est le Kenya. L’Allemagne et l’Occident pourraient notamment aider le Kenya en ouvrant la voie à des dizaines de milliers de jeunes Kényans qualifiés sur le marché du travail européen et allemand. Cela ne résoudra évidemment pas à lui seul le problème du marché du travail au Kenya, mais peut constituer un signal important sur le plan psychologique.

Image de couverture par Akofa Bruce

Autor

  • Roger Peltzer

    70 ans, marié, trois enfants et bientôt quatre petits-enfants. J'ai étudié l'économie à l'université de Münster, puis j'ai suivi le cours de troisième cycle de l'Institut allemand de politique de développement (aujourd'hui IDOS).

    Voir toutes les publications
Soulèvements de jeunes au Kenya : un atout pour la démocratie en Afrique ?

Roger Peltzer


[wpml-string context="pb-bioinfo" name="info-1"]70 Jahre alt, verheiratet, 3 Kinder und bald 4 Enkel. Ich habe an der Universität Münster Volkswirtschaft studiert und anschließend den postgraduierten Kurs am deutschen Institut für Entwicklungspolitik (heute IDOS) absolviert.[/wpml-string]


Post navigation


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plateforme de Gestion des Consentements par Real Cookie Banner