Alors que l’Europe se déplace vers la droite, des gouvernements de gauche arrivent au pouvoir en Amérique latine, le dernier en date étant Bernardo Arévalo au Guatemala. Qu’est-ce que cela signifie pour la politique étrangère et de développement de l’Allemagne ? Pedro Morazán analyse les récents développements en Amérique latine.

Glissement à gauche en Amérique latine contre tendances de droite en Europe

En Amérique latine, une « nouvelle vague » de présidents de gauche est actuellement en cours au Chili, en Colombie, au Mexique, au Brésil, au Honduras et également au Guatemala. Certains experts y voient une contre-tendance par rapport à de nombreux pays européens où les partis de droite et d’extrême droite, comme en Italie Scandinavie ou en Pologne et Hongrie, ont gagné en influence dans les parlements et les coalitions gouvernementales. Deux évolutions politiques différentes, mais qui ont en commun le mécontentement social. La pauvreté, les inégalités, la pression migratoire, l’inflation et l’impact de la pandémie, entre autres, ont changé d’échelle et reflètent de nouveaux défis.

Pour la politique étrangère et la coopération au développement allemandes, il est toutefois important de reconnaître que les nouvelles constellations politiques, notamment en Colombie, au Chili et au Brésil, offrent d’énormes possibilités pour la mise en œuvre d’un programme commun de transformation. Gustavo Petro en Colombie et Ignacio Lula da Silva au Brésil ont déjà présenté leurs propres initiatives pour la protection de la forêt tropicale et de l’Amazonie. Tous deux sont également très actifs dans les forums internationaux et devraient être encouragés à devenir des partenaires pour un agenda plus profond, allant au-delà de petits projets individuels. Ce n’est qu’avec des initiatives de plus grande envergure et de changement structurel que la coopération allemande et européenne pourra regagner le respect nécessaire dans la région.

Il existe également une plus grande convergence de vues avec ces nouveaux gouvernements sur la nécessité d’associer la transition écologique à la justice sociale. Ce deuxième aspect ne va pas de soi dans la plupart des pays d’Amérique latine. De puissantes oligarchies tentent toujours de maintenir leurs privilèges par tous les moyens. Ces dernières années, les démocraties occidentales ont choisi ces élites comme partenaires pour la mise en œuvre d’un programme néolibéral. L’expérience récente montre que la libéralisation économique menée par des structures oligarchiques en ALC a conduit à une aggravation des inégalités sociales sans générer de croissance significative. Il s’agit maintenant de tirer les leçons des erreurs du passé et de nouer des partenariats avec des structures gouvernementales et non gouvernementales qui œuvrent déjà pour la mise en œuvre de la transformation sur le terrain.

L’Amérique latine doit revenir sur le devant de la scène allemande

L’intérêt de la politique étrangère et de développement allemande pour l’Amérique latine a fortement diminué au cours des dernières années. En particulier, la région a joué un rôle de second plan dans la politique de développement, se plaçant même parfois derrière la Chine, tant en termes de coopération financière que technique. Il semble que l’éloignement géographique ait pris le pas sur la proximité culturelle. L’accent mis sur la réduction de la pauvreté, en lien avec les Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) et les Objectifs de Développement Durable (ODD), a détourné l’attention de l’Amérique latine et des Caraïbes vers l’Afrique et le Moyen-Orient. Les crises actuelles obligent à la fois l’Allemagne et l’Union européenne à changer de cap.

L’Amérique latine et les Caraïbes (ALC) en tant que région est un exemple du paradoxe du changement climatique mondial : les régions et les pays qui émettent le moins de dioxyde de carbone sont souvent les plus touchés par le changement climatique. Les LAK représentent moins de 10 % des émissions totales de gaz à effet de serre, principalement dues au secteur de l’énergie, à l’agriculture et aux changements d’affectation des sols. Le dernier rapport du GIEC indique que l’ALC, plus que toute autre région du monde, sera touchée par des phénomènes météorologiques extrêmes dus au réchauffement climatique (GIEC 2022).

Actuellement, ce paradoxe peut être observé sous un autre angle. Le canal de Panama, une route commerciale centrale, est touché par le risque de sécheresse dû au changement climatique. La région du canal de Panama connaît actuellement une année exceptionnellement sèche. C’est mauvais pour la navigation, car chaque navire qui le traverse a besoin de millions de litres d’eau pour flotter, en fonction du nombre de conteneurs qu’il transporte et de leur poids. C’est un présage très négatif pour l’économie mondiale. Une grande partie des produits et des composants des chaînes de valeur mondiales traversent la Manche pour atteindre leur destination finale. Ce n’est qu’un exemple de l’énorme pertinence de cette région jusqu’ici oubliée pour l’Allemagne et l’Europe.

Mais la sécheresse ne touche pas seulement le canal de Panama. En Amérique centrale, un « corridor sec » s’est formé au cours des 15 dernières années, s’étendant du Guatemala au nord du Costa Rica et menaçant de s’étendre jusqu’au Panama. L’Amérique centrale est une région qui représente à peine 0,3 % des émissions mondiales. En même temps, elle représente l’une des régions les plus vulnérables de la planète, car elle est le théâtre d’ouragans permanents et de plus en plus violents, qui causent d’énormes pertes économiques (HBS 2022).

Le rapport 2022 du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) indique que les pays de l’ALC sont l’une des régions du monde les plus touchées par les phénomènes météorologiques extrêmes dus au réchauffement climatique. La fonte des glaciers dans les Andes centrales du Pérou et ses conséquences sur les sources d’eau, l’apparition de microclimats moins prévisibles dans les Andes équatoriennes et l’Amazonie colombienne, la modification des cycles agricoles dans la petite agriculture, entre autres au Mexique et en Bolivie, mais aussi les sécheresses en Uruguay et en Argentine, ne sont que quelques exemples qui montrent l’ampleur des défis auxquels le continent est confronté.

Impact économique du changement climatique en ALC

Les preuves empiriques montrent que le changement climatique a un impact significatif sur les économies de la région. Les effets du changement climatique, qui commencent à se faire sentir lentement, modifient la productivité et la capacité d’adaptation dans de nombreux secteurs économiques pertinents pour la plupart des pays du sous-continent. Selon les recherches de la Commission économique pour l’Amérique latine des Nations unies (CEPAL), les chocs climatiques fréquents réduisent de plus de 50 % les revenus des 40 % les plus pauvres. Selon les estimations, entre 2,4 et 5,8 millions de personnes dans la région pourraient se retrouver dans une situation d’extrême pauvreté d’ici 2030 en raison des effets du changement climatique. Les événements extrêmes liés au climat affectent également l’approvisionnement en électricité et les systèmes de transport. Les interruptions de transport dues aux dommages causés aux infrastructures coûtent à elles seules plus de 1 % du PIB en moyenne dans toute la région. Dans plusieurs pays d’Amérique centrale, le pourcentage est deux fois plus élevé, jusqu’à 2 %. Les entreprises brésiliennes perdent en moyenne 22 milliards de dollars américains en raison des dommages environnementaux (Banque mondiale 2022).

Toutefois, ces effets sont extrêmement hétérogènes selon les régions et dans le temps. (CEPALC 2014). L’impact du changement climatique dans le secteur agricole varie en fonction de la culture, de la région, du type de terre et des acteurs économiques. Dans certaines régions d’Argentine, du Chili et de l’Uruguay, une hausse modérée des températures pourrait avoir un impact positif sur le secteur agricole pendant une période donnée. Cependant, dans les régions tropicales et en Amérique centrale, la hausse des températures a déjà des effets négatifs croissants. De manière générale, le changement climatique entraîne une pression supplémentaire sur les ressources en eau en Argentine, au Chili, au Brésil, en Équateur, au Pérou, en Amérique centrale et dans les Caraïbes.

La pauvreté et les inégalités ont augmenté

Près d’un tiers des personnes en ALC sont touchées par la pauvreté et l’extrême pauvreté. (CEPAL 2022). La pandémie Covid 19 et le changement climatique ont tous deux réduit à néant, en l’espace de deux ans, les modestes progrès réalisés en 20 ans dans la lutte contre la pauvreté. En 2021, le nombre de personnes en situation de pauvreté a continué d’augmenter malgré une forte reprise de la croissance. Ce point est particulièrement délicat, car il met en évidence les blessures structurelles laissées par la pandémie, dont la guérison peut prendre plusieurs années (Rosales 2022).

De même, il convient de souligner à nouveau les inégalités considérables qui existent en Amérique latine. Alors que le recul généralisé des inégalités de revenus a été largement reconnu au début des années 2000, cette tendance a stagné dans les années 2010 et a commencé à s’inverser dans certains pays avant même le début de la pandémie. La réduction des inégalités au début des années 2000 a été le résultat de plusieurs facteurs. Les plus importants d’entre eux ont été la croissance économique, les progrès dans le domaine de l’éducation et une augmentation réussie des revenus grâce aux transferts de fonds. Dans certains pays comme l’Argentine et l’Uruguay, les syndicats ont également joué un rôle important dans l’obtention d’augmentations salariales. Dans d’autres pays, comme le Brésil, il était également important d’augmenter le salaire minimum. Malgré ces progrès, l’ALC affiche une inégalité de revenus plus élevée que toutes les autres régions ayant un niveau de développement économique similaire (PNUD 2021).

La redécouverte de l’Amérique latine par le gouvernement fédéral

Sous le titre « Perspectives avec l’Amérique latine et les Caraïbes« , le gouvernement fédéral a élaboré en juin 2023 une nouvelle stratégie de politique de développement pour les 32 pays de l’ALC (BMZ 2023). Sous le slogan « Ensemble pour la transition écologique et la justice sociale » , des objectifs et des outils sont définis afin de relever des défis communs. Le changement climatique joue un rôle central dans la stratégie. Par rapport à la stratégie du gouvernement précédent, une plus grande importance est également accordée à la question sociale.

La répartition régionale des priorités sous forme de pays dits partenaires reste toutefois problématique. Dans la sous-région d’Amérique centrale, on cherche en vain des pays « ancre » ou partenaires de la coopération allemande au développement. Pourtant, les défis liés à la biodiversité et à la réduction de la pauvreté dans ces pays sont toujours très importants.

Thématiquement, le sujet de la dette extérieure est mentionné. C’est un signe que ce sujet est à l’ordre du jour. Toutefois, il ne définit pas d’étapes et d’instruments concrets pour indiquer la contribution du gouvernement fédéral à la mise en œuvre des initiatives de désendettement déjà existantes.

La stratégie semble tout aussi diffuse en ce qui concerne la mise en œuvre des engagements déjà pris en matière de financement des mesures d’adaptation au changement climatique. Les propositions de financement d’un fonds pour les pertes et dommages liés au climat, soutenues par l’Allemagne lors de la COP27 en Égypte, ne sont pas les moindres. Dans ce domaine, la stratégie aurait pu donner un signal à la région dès sa formulation. Au lieu de cela, il met en avant les petites initiatives existantes qui, bien que pertinentes, sont plutôt une goutte d’eau dans l’océan au vu de la situation dramatique sur le continent.

Littérature

BMZ (2023). Perspectives avec l’Amérique latine et les Caraïbes : ensemble pour la transition écologique et la justice sociale.

GIEC (2022) : WGII Sixième rapport d’évaluation. Chapitre 12 : Amérique centrale et Amérique du Sud. Disponible en : https://report.ipcc.ch/ar6/wg2/IPCC_AR6_WGII_FullReport.pdf

HBS (2019). A un alto costo Generación de energía en América Latina, Fundación Heinrich Böll

PNUD (2021). Trapped : High Inequality and low Growth in Latin America and the Caribbean.

Autor

  • Pedro Morazán

    Économiste titulaire d'un master en cybernétique économique et en statistiques de l'Académie d'études économiques de Bucarest (ASE) et d'un doctorat de l'Université de Brême. Longue expérience en tant que conseiller économique et chercheur à l'institut SÜDWIND en Allemagne. Dans le cadre de mes activités de recherche, Pedro Morazán dispose d'une vaste expérience dans la recherche et l'évaluation de projets dans plusieurs pays d'Afrique, d'Asie et d'Amérique latine.

    Voir toutes les publications
L'Allemagne et l'Amérique latine : des défis communs et des intérêts divergents

Pedro Morazán


[wpml-string context="pb-bioinfo" name="info-2"]Wirtschaftswissenschaftler mit Master-Abschluss in Wirtschaftskybernetik und Statistik an der Akademie für Wirtschaftsstudien Bukarest (ASE) und Promotion an der Universität Bremen. Langjährige Erfahrung als Wirtschaftsberater und Forscher am SÜDWIND-Institut in Deutschland. Im Rahmen meiner Forschungstätigkeit verfügt Pedro Morazán über umfangreiche Erfahrungen in der Forschung und Projektevaluierung in mehreren Ländern in Afrika, Asien und Lateinamerika.[/wpml-string]


Post navigation


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plateforme de Gestion des Consentements par Real Cookie Banner